40 conseils, trucs et astuces pour des projets de production musicale

Publié le : 16 juin 202318 mins de lecture

De la simple idée au produit fini, la création d’un morceau de musique demande du dévouement, des connaissances, de la créativité, de l’initiative, de l’expérimentation, du goût et de l’aisance dans l’utilisation des systèmes audio. Dans cet article, vous trouverez des conseils utiles, des trucs et astuces pour améliorer vos productions musicales et pourquoi pas ? Aussi quelques pointeurs sur les contrats de disques, les opportunités de succès et les techniques de distribution et de vente d’aujourd’hui !

Production musicale : choisir son équipement et ses outils

Identifier la cible pour choisir les outils les plus adaptés

Le vaste scénario technologique actuel peut conduire le néophyte à des choix coûteux et erronés, ainsi qu’à des choix économiques et toujours erronés. Il est essentiel de se concentrer sur l’identification de l’objectif spécifique, afin d’éviter de tomber dans des erreurs d’évaluation lors de l’achat de l’instrumentation. Ayant une compréhension claire du travail que vous avez l’intention de développer, vous serez en mesure de choisir l’ équipement de production musicale  qui correspond le mieux à vos besoins.

Profitez de la technologie informatique

Au cours des dernières décennies, produire une chanson signifiait passer des jours et des jours dans des studios d’enregistrement très coûteux. Une erreur d’intonation, une note mal jouée, c’était compromettre l’exécution de tout un orchestre ; en fait, il n’était pas possible d’enregistrer chaque instrument séparément de l’autre. La technologie informatique actuelle, quant à elle, met à votre disposition un arsenal infini de possibilités d’enregistrement, de sons, qui  peuvent être enregistrés et mixés via un logiciel d’enregistrement numérique jusqu’à obtenir le résultat souhaité.

Apple Mac ou PC Windows ?

Le choix d’un ordinateur personnel ou d’un ordinateur portable pour faire de la musique  relève essentiellement de deux macro catégories : les soi-disant PC Windows et les Mac Apple, la différence étant principalement liée à la sensibilité spécifique de chacun d’entre nous ; il y a ceux qui préfèrent le système Apple, car il est généralement associé à une plus grande stabilité dans le traitement des applications DAW, et ceux qui préfèrent les systèmes PC, en raison de leur flexibilité et de leur évolutivité en termes de mises à niveau matérielles si nécessaire. Quel que soit votre choix, il est important de connaître certains facteurs techniques indispensables au choix de l’Ordinateur Personnel dédié à la production musicale.

Ordinateur de bureau ou portable ?

Un ordinateur de bureau pour faire de la musique  est préférable car il permet d’avoir un grand écran et peut être modifié dans le temps (ajout de RAM, …). Devoir utiliser de nombreux outils (carte son, haut-parleurs, …) il est clair qu’un notebook perd sa fonction « portable ». Un ordinateur portable est plutôt excellent pour ceux qui veulent produire en déplacement ou pour ceux qui vont enregistrer des pistes audio dans d’autres studios.

Choisissez le bon ordinateur

Le logiciel DAW que vous choisirez demandera un effort considérable de votre ordinateur et il est donc indispensable d’avoir un ordinateur avec un bon processeur multicœur. Considérez également qu’à chaque fois que vous lisez un fichier audio à l’intérieur de la DAW, il sera lu à partir du disque dur et chargé dans la mémoire RAM et il est donc nécessaire d’avoir un disque dur rapide et une quantité suffisante de mémoire RAM pour vous assurer que vous pouvez lire plusieurs pistes simultanément et en temps réel.

Essayez différents DAW

Choisir une DAW plutôt qu’une autre peut être dicté par des raisons économiques : en effet, il existe des DAW gratuites ou payantes. Selon le type de production, vous pourrez trouver plus qu’il n’en faut un DAW gratuit ou bon marché. Vous en trouverez souvent un déjà inclus avec l’achat de votre carte son. Certains DAW sont plus « pratiques » pour travailler avec le format MIDI, d’autres offrent des options essentielles pour l’édition audio. Aujourd’hui il est facile de se faire une idée de tous les DAW et de leurs caractéristiques grâce aux nombreux tutoriels disponibles sur le net. Si la DAW gratuite que vous avez téléchargée ou trouvée dans la boîte de votre carte son ne vous convient pas, pensez à en choisir une autre.

Le disque dur

La norme pour les disques durs aujourd’hui est la technologie à semi-conducteurs (SSD), qui est beaucoup plus rapide que les disques rotatifs traditionnels. C’est un bloc de puces qui élimine la latence classique générée par la tête qui défile sur le disque pour le lire. Nous recommandons un bon SSD de 512 Go.

RAM

Quant à la RAM, 8 Go sont presque indispensables même pour une production de très peu de pistes séparées. Notre recommandation est d’au moins 16 Go.

Choisissez une bonne carte son dédiée

L’élément que l’on définirait comme « King » dans le panorama technologique des productions musicales est la « carte son ». Nous en avons tous un dans notre ordinateur personnel, mais bien qu’ils puissent également être utilisés dans les DAW, les intégrés, ils ne sont pas assez puissants pour la tâche requise. Une bonne carte son, dédiée à la production musicale, connectée en USB (de préférence USB rapide au moins 2.0), vous permettra de lire et d’enregistrer des pistes audio au sein de votre programme d’enregistrement et de production sans délai d’écoute et/ou d’enregistrement. Le marché offre beaucoup de choix et le même est sensiblement dicté par le nombre d’entrées analogiques (donc pour l’enregistrement d’instruments comme le micro, ou la guitare électrique) dont vous avez besoin. Ce nombre dépend du nombre d’instruments EN MÊME TEMPS que vous devrez enregistrer. Une production maison ne nécessite pas l’enregistrement simultané de nombreux éléments et donc une carte son avec 2 entrées (par exemple pour micro et guitare) et deux sorties pour enceintes studio est suffisante .

Achetez un clavier MIDI

Un clavier MIDI  est capable de jouer des sons dont la source est le logiciel à l’intérieur du DAW. Le clavier MIDI  apparaît en tous points semblable à un clavier normal, mais il ne possède pas ses propres sons et nécessite donc une interface avec le DAW, qui fournira les sons nécessaires. Les claviers MIDI vont des claviers 25 touches les plus compacts aux plus grands claviers 88 touches. Le choix dépend du type de production. Pour enregistrer une partie de piano complexe, vous aurez besoin de plus d’octaves et donc de plus de touches. Quelque chose entre les deux, comme un clavier MIDI à 49 touches, couvrira la plupart des besoins du débutant.

Essayez d’avoir une large sélection d’instruments virtuels

Les instruments virtuels sont en fait des échantillons d’instruments existants, dans un format jouable via le clavier MIDI. Les instruments virtuels sont normalement présents, bien qu’en petit nombre, dans le logiciel de base de chaque DAW, mais il existe des milliers d’instruments virtuels qui peuvent être achetés séparément.

Choisissez le bon microphone

Vous aurez besoin de microphones pour enregistrer les voix et de nombreux instruments . N’oubliez pas qu’il vaut mieux avoir un micro de bonne qualité que dix micros très bon marché ! Choisissez donc un bon produit, particulièrement adapté aux voix ou aux instruments que vous comptez enregistrer.

Comment choisir des moniteurs appropriés

Les moniteurs de studio idéaux  offrent la possibilité d’entendre chaque détail de la production, exactement « tel quel ». S’il peut y avoir des préférences pour un événement live, pour un studio il faut trouver des enceintes les plus réalistes possible ! Ils ne doivent donc pas accentuer les fréquences et offrir une écoute brute à la production : le but est de pouvoir entendre les défauts afin de pouvoir les corriger !

Positionnez les moniteurs

Les haut-parleurs du studio  doivent être positionnés de manière à former un triangle équilatéral dont les sommets sont les haut-parleurs et l’auditeur. Tous les écouteurs ne sont pas créés égaux ! Quels écouteurs  choisir ? Cela dépend de l’utilisation que vous comptez en faire ! Il existe des casques « fermés » qui sont excellents pour enregistrer des instruments et des voix dans le microphone : étant fermés, ils empêchent ce qui est joué dans le casque pendant l’enregistrement de revenir au microphone. Les écouteurs à dos ouvert sont idéaux pour le monitoring, le mixage et le mastering.

Apprenez à utiliser votre équipement

Personne n’aime lire les livrets d’instructions, mais connaître toute l’instrumentation à fond est essentiel ! Non seulement pour l’utiliser correctement, mais aussi pour connaître toutes les options et fonctions disponibles et en tirer le meilleur parti.

Étudiez le solfège

La théorie musicale est essentielle pour construire des chansons; pour certains types de production il n’est pas nécessaire d’avoir des connaissances approfondies, mais au moins les bases sont indispensables !

Écoutez toute la musique que vous pouvez

Écouter plus de styles, plus d’artistes, l’approche critique des productions de ceux qui sont déjà établis, peuvent augmenter considérablement votre capacité à interagir avec votre côté créatif : plus vous écoutez de musique, plus votre culture sera large.

Mélanger diverses influences musicales

Aujourd’hui les genres se mélangent, très souvent par l’utilisation de sons généralement associés à des genres complètement différents : la guitare électrique ( Electric guitar ) dans les chansons classiques ou le sax sur les chansons EDM n’en sont que quelques exemples.

Recherchez votre caractéristique déterminante

La clé est l’expérimentation : tout le monde sait copier, mais peu savent créer quelque chose d’original. Aujourd’hui l’offre musicale est si large que ce n’est qu’en se distinguant que l’on peut espérer le succès.

Lors du mixage, écoutez à différents volumes

L’écoute de la chanson à volume élevé et à faible volume vous permet d’identifier tout ce qui doit être modifié/réparé.

Faites des pauses pendant le mix

Faites des pauses pendant la phase de mixage ! Vos oreilles se fatiguent au bout d’un moment et ne sont plus « fiables ». Laissez-les se reposer et réécoutez toujours votre mix le lendemain avec un esprit et des oreilles frais.

Rappelez-vous que la musique est pour le public

Lorsque vous mixez, vous devez garder à l’esprit que celui qui écoutera vos morceaux ne le fera pas dans un système audio professionnel : écoutez donc le mixage final sur différents supports : du téléphone, du lecteur mp3, de l’autoradio… Si ça sonne bien sur tous les supports, c’est tout !

Reconnaissez vos limites

Savoir tout bien faire est presque impossible, du moins au début. Vous êtes peut-être un as de la production, mais vous n’excellez pas en mixage ou en mastering : c’est normal ! Il existe des figurines hautement spécialisées pour chaque étape pour cette raison ! Alors reconnaissez vos limites ou ce dans quoi vous n’êtes pas encore bon et essayez de vous améliorer en étudiant et en pratiquant.

Essayez de vous améliorer

Ne vous contentez pas d’un bon résultat : vous pouvez toujours faire mieux ! Lorsque vous écoutez des productions passées, elles doivent toujours sonner horriblement comparées à ce que vous avez fait aujourd’hui !

Amusez-vous

Si vous ne faites pas de productions pour des raisons professionnelles, rappelez-vous que vous devez vous amuser ! Le succès peut arriver, mais ça ne se dit pas… Investissez votre temps à faire ce qui vous plaît et ce qui vous satisfait : faites-le pour vous et rien que pour vous.

Ne vous rabaissez pas

Ne laissez pas les échecs précoces vous décourager ! L’expérience et le temps sont essentiels : travaillez dur et soyez patient, les résultats viendront.

Sauvegardez souvent

Ayez toujours un disque dur externe sur lequel sauvegarder votre travail ! Et appuyez de temps en temps sur le bouton « enregistrer »… Ce sont quelques secondes qui pourraient vraiment faire la différence entre « tout recommencer » et retrouver votre travail intact sauvegardé quelques minutes auparavant.

Production musicale : les voies à suivre pour la promotion des chansons

 

Évaluer le genre musical

Pour chaque genre musical, il existe différentes manières. Si vous produisez des chansons très commerciales, sachez que vous aurez beaucoup de concurrence, alors que si votre genre est « de niche » vous aurez moins de concurrence, mais aussi un public moins intéressé.

Contacter une maison de disques

Il existe des milliers d’étiquettes ! Choisissez uniquement ceux qui traitent de votre genre ou vous ne serez même pas pris en compte.

Choisissez des étiquettes qui acceptent les démos

Tous les labels n’acceptent pas les démos ! Sur les différents sites vous pourrez trouver une adresse e-mail (ou un formulaire) dédié à l’envoi de vos morceaux. Certains labels précisent qu’ils n’acceptent pas les démos. Si vous ne trouvez rien, contactez le label via l’adresse pour demander des informations et demander s’ils acceptent les démos et où les envoyer.

Choisissez des étiquettes à votre portée

Une major n’écoutera guère votre matériel : visez les labels indépendants ! Certains fonctionnent très bien !

Méfiez-vous des « fausses » étiquettes

Ne vous laissez pas séduire par le fait de « signer un contrat » ​​: il vaut parfois mieux s’épuiser ! Malheureusement, même dans ce domaine, il existe de nombreux « bait and switch » et certaines étiquettes cachent en fait de simples services promotionnels payants. Certains de ces services pourraient vous être utiles, comme une petite campagne publicitaire sur les réseaux sociaux, un joli service graphique ou de diffusion. Cependant, rappelez-vous que ce sont toutes des choses que vous pouvez faire indépendamment si vous le souhaitez. Si vous souhaitez un service publicitaire, graphique ou de distribution, vous pouvez l’acheter n’importe où !

Faites des recherches

Une fois que vous avez sélectionné les labels qui acceptent les démos et couvrent votre genre, faites quelques recherches : vérifiez les chansons qu’ils ont publiées et assurez-vous qu’elles correspondent à ce que vous voulez offrir. Avec une recherche, vous comprendrez également si le label accepte et publie « tout » ou s’il sélectionne le matériel en ne publiant que des chansons de qualité.

Donner et recevoir

Assurez-vous que votre relation avec le label est basée sur le donnant-donnant : vous fournissez de la musique, le label doit pouvoir vous offrir quelque chose en retour que vous seul ne pouvez pas avoir, c’est-à-dire une certaine visibilité. Un label de DJ très populaire peut être formidable pour ceux qui produisent de la musique dance : les DJ entendront vos chansons et s’ils les aiment, ils les utiliseront dans leurs soirées. Vous vendrez vos morceaux et le label prendra sa part bien méritée.

Social oui ou non ?

Si vous avez déjà beaucoup de followers qui aiment votre musique, un label pourrait être plus intéressé par votre travail. Dans ce cas aussi évaluez bien le label : vous proposez vos chansons et un public, que vous offrent-ils en retour ? Cherchez donc un juste milieu : n’attendez pas d’investissements financiers sur vos productions, mais n’offrez même pas de pourcentages gratuits à un label qui vise à prélever un pourcentage des ventes que vous réalisez de manière indépendante au public que vous avez déjà.

Comment distribuer

Il existe de nombreuses plateformes qui vous permettent de distribuer vos singles ou albums sur toutes les boutiques numériques les plus populaires. Le service est payant, mais le montant est très abordable. Si vous voulez continuer sans label qui distribue votre travail, vous pouvez le faire de cette façon.

Être trouvé

Ça y est : votre chanson est disponible sur toutes les boutiques numériques ! Et maintenant? Être en solde ne veut pas dire vendre ! C’est pourquoi la publicité et la promotion sont à la base du commerce. Avant même de vendre, vous avez besoin d’être trouvé, connu et apprécié.

Évitez les spams

Partager le lien de votre chanson sur tous les sites du monde ? Envoyer des e-mails « copier-coller » à toutes les adresses que vous pouvez trouver ? Non, ce n’est pas une bonne idée ! Bien sûr, c’est gratuit, mais vous perdrez beaucoup de temps à ennuyer des personnes qui ne sont pas votre public cible et qui ne sont donc pas intéressées.

Faites votre promotion

Si vous ne croyez pas en vous, qui devrait le faire ? Investissez dans une campagne publicitaire ciblée pour attirer le bon public !

Profitez des réseaux sociaux

Ce n’est pas nouveau : les réseaux sociaux peuvent être un excellent moyen de se faire connaître ! Vous pourriez commencer à faire des vidéos ou à bloguer sur quelque chose d’utile à propos de la musique, ou quelque chose qui correspond à votre public.

Plan du site